La première guerre mondiale, sa création

La SPA 97 a été crée le 1er juillet 1917 sur le terrain de FROIDOS (Meuse) en tant que N97b sous le commandement du Cne François de Castel et à partir des détachements 511 et 519. Ce dernier, venant de la SPA 95, apporte avec lui l’insigne qu’il avait choisit pour la SPA 95 : le Fanion herminé.

Initialement équipée de Nieuport 23, 24 et 24 bis, la N97 est mise à disposition de la VIème armée sur le front de l’Aisne.
Elle a alors pour mission la reconnaissance photographique, le réglage d’artillerie, la protection et l’appui de l’artillerie.

La N97 rejoint le Groupe de Chasse 15 le 15 décembre 1917 à Beauzée-sur-Aire et, désormais équipée de SPAD XIII, elle est rebaptisée SPA 97 (1/12/1917).

Jusqu’au 24 octobre 1919, l’escadrille suit le GC 15 de l’escadre de combat n°1 (EC n°1) à Villeneuve-lès-Vertus le 18 Janvier 1918, Plessis-Belleville le 29 mars 1918, Montagne le 13 avril 1918, Raray le 29 mai 1918, Plessis-Bellevillle le 2 juin 1918, Mitry-Mory le 6 juin 1918, Roissy en France le 14 juin 1918, Remennecourt le 3 juillet 1918, Herbisse le 18 juillet 1918, Villeseneux le 24 juillet 1918, Neufmoutiers le 7 août 1918, Fay St Quentin le 8 août 1918, Raray le 25 août 1918, Ochey le 7 septembre 1918, Cernon le 1er octobre 1918, Melette le 31 octobre 1918, Gondreville du 13/11/18 au 8/12/18, Azelot (8/12/18), Planig (Bad Kreuznach) jusqu’au 29 mai 1919 et Hofhzim am Taunus 2 août 1919.

La SPA 97, pendant cette période fût commandée par le Cne François de Castel, le Ltt Hervé Conneau (18 octobre 1917), le Cne Henri de Champagny (1er trimestre 1919) et enfin le Cne Pierre Cazenove de Pradines (2ème semestre 1919).

A l’issue de la Grande Guerre, la SPA 97 totalise 25 victoires aériennes dont 8 Drachens et 4 probables. Elle déplore également 9 morts ou disparus au champ d’honneur.
Elle compte notamment parmis ses AS le Ltt Marcel HUGUES, 12 victoires dont 2 au sein de la N97, le Slt Herbelin (11 victoires), le Cne Achard (6 victoires). Deux pilotes américains (Cal Pelton et Walter R. York) combattirent dans les rang de la SPA 97.
La SPA 97, en tant qu’unité de l’Escadre de Combat n°1, se voit attribuer la citation suivante « à l’ordre de l’armée, par le Général commandant en chef les armées du Nord et du Nord-Est-Ordre N°10132 du 4 octobre 1918 :

“ Unité remarquable de puissance de combat et d’une valeur morale de premier ordre. Formée et commandée par le Chef de bataillon Ménard, dont l’autorité et le magnifique exemple ont fait de cette unité d’élite un instrument de combat redoutable, engagée dans toutes les grandes actions les plus violentes de l’armée, a contribué au résultat final, apportant dans la lutte le concours de sa puissante intervention. Volant par tous les temps, a sans cesse dominé l’ennemi en incendiant ses ballons d’observation, en détruisant ses appareils ou en les rejetant très loin dans ses lignes, permettant à nos avions d’observation et de bombardement d’effectuer leurs missions. Par son intervention énergique, en mitraillant sans cesse à basse altitude et jusqu’à 15 kilomètres dans les lignes, les formations ennemies, a pris largement sa part au succès dans la bataille. Pendant ces sept derniers mois de lutte ardente, a abattu 106 avions, incendié 42 Drachens, tiré sur les objectifs des quantités considérables de munitions ”.

Le 24 octobre 1919, le Groupe de Chasse n°3 est créé sur le terrain de Châteauroux avec en son sein la SPA 97, qui deviendra le 1er Janvier 1920, la 102ème escadrille, puis la 2ème escadrille (1er août 1918) du 1er groupe du 3ème Régiment d’aviation de chasse (RAC).
Elle le restera jusqu’au 1er septembre 1933, date de sa première « mise en sommeil », sur le terrain de Châteauroux, aux côtés de la SPA 96 et de la SPA 102.
A partir de 1930, elle sera équipée de Nieuport 62.

Le 4 août 1938, la SPA 97 est réveillé sous le commandement du Cne Blanchet au sein du Groupe Aérien Régional d’Aviation Légère de la Défense 574 (GARALD). Son activité débute réellement le 16 janvier 1938 sur le terrain de Tunis El Aouina.
Devenant Escadrille Régional de Chasse (ERC) le 2 septembre 1938, elle est munie de Dewoitine 371 et est chargée de la couverture des bases aéronavales de Bizerte puis Tunis.

Le 15 mai 1940, l’ERC 574 rejoint le groupe de chasse III/5 stationné à Bizerte Sidi Ahmed sur MS 406. L’escadrille est alors armée par 12 pilotes dont 2 tchèques, et 9 mécaniciens. Les premières missions de guerre ont lieu lors de décollage sur alerte dès réception de message du guet. Le 25 mai 1940, le personnel apprend la signature de l’armistice avec l’Italie et l’Allemagne. La SPA 97 est dissoute le 1er Août 1940 et son personnel rejoint le groupe II/7.

La SPA 97 est réactivée le 1er octobre 1952 au sein de l’escadron de Chasse 2/11 Vosges aux côtés de la SPA 91.
Elle y restera jusqu’à sa mise en sommeil le 31 juillet 1996. Au cours de cette période, l’escadrille sera stationnée successivement à A Reims (août-novembre 1952) équipée de F84 G Thunderjet, Lahr jusqu’en juin 1953,

puis Luxeuil jusqu’en juin 1961. Les F-84F Thunderstreak puis les F-100 Super Sabres (à partir de 1958) remplacent progressivement les F-84G.

L'unité passe aussi par Bremgarten jusqu’au 13 septembre 1967. A partir de 1963, le 2/11 Vosges devient escadron Striker en reprenant la mission de pénétration nucléaire.
- Enfin, elle s'installe à Toul-Rosière jusqu’en 1996. Redevenu conventionnel à son retour en France, l’escadron reçoit, à partir du 1er Juin 1977, ses premiers Jaguar, avion sur lequel l’escadrille officiera jusqu’à sa mise en sommeil dans la mission principale de guerre électronique offensive, opérant sur tous les théâtres d’opération, notamment en Afrique.

En parallèle, de 1957 à 1961, les pilotes de l’escadron 2/11 et de la SPA 97 participent au conflit algérien, sur T6G au sein des EALA 3/71, 21/72 et 16/72.

La SPA 97 renaît à l’été 2012 au sein du prestigieux escadron de chasse Normandie-Niémen, au côté de la SPA 91 et de la SPA 93, sur Rafale.

Sa définition héraldique est : « Pennon de gueules à deux pals d’argent, chacun chargé d’une hermine ».